les mille univers

Récréations 2024

Les auteurs présents

Eduardo Berti

© fondation Jan Michalski Wiktoria Bosc

Eduardo Berti est né en Argentine, en 1964. Écrivain de langue espagnole, mais aussi de langue française, il est l’auteur de plusieurs recueils de nouvelles et romans. Il est traduit en dix langues, notamment en langue française où on peut trouver presque toute son œuvre : les micronouvelles de La vie impossible (prix Libralire 2003), les nouvelles de L’Inoubliable et des romans comme, par exemple,  Madame Wakefield (finaliste du prix Fémina), Tous les Funes (finaliste du Prix Herralde 2004), L’Ombre du Boxeur, Le Pays imaginé (prix Emecé 2011 et prix Las Américas 2012), Un père étranger et Un fils étranger, extension ou écho d’Un père étrangerSon premier roman écrit en français, Une présence idéale, vient d’etre reopublié en poche chez La Contre-Allée. Son tout dernier livre est Mauvaises méthodes pour bonnes lectures. 135 exercices ou protocoles ou jeux autour de la lecture des livres. Il est membre de l’Oulipo depuis juin 2014.

Frédéric Forte

© Laurent Cauville Aprim

 

Frédéric Forte, né en 1973 à Toulouse, vit aujourd’hui à Paris. Il est poète, membre de l’Oulipo depuis 2005 et co-dirige actuellement le Master de Création littéraire du Havre. Ses initiales sont aussi celles de « formes fixes » dont il aime explorer les potentialités…

Ian Monk

Après des études de lettres à la faculté de Bristol, il entre dans le groupe de l’Oulipo en 1998, à la suite d’un travail de traduction de d’adaptation pour l’Oulipo Compendium avec Harry Mathews.
Au sein du groupe, il crée de nouvelles contraintes d’écriture telles que les « monquines » qui combinent sextines et mots nombrés, et les « quenoums » qui combinent quenines and pantoums . Ces poèmes ont été publiés par de nombreuses revues, dont Le Jardin OuvrierFormes Poétiques ContemporainesGrumeauxCe qui SecretMcSweeney’sDrunken Boat,Words Without Borders… Il se produit régulièrement avec Arnaud Mirland et leur groupe de rock The Outsiders, et il donne des lectures/performances aussi bien en France qu’ailleurs (Londres, Bruxelles, Berlin, Luxembourg, Los Angeles, New York…).

Jacques Jouet, Peter Hauff traducteur

Jacques Jouet est membre de l’Oulipo depuis 1983.
Il rencontre l’Oulipo, en 1978, à l’abbaye de Royaumont, lors d’un stage dirigé par Paul Fournel, Georges Perec et Jacques Roubaud.

À la fois poète, romancier, nouvelliste, auteur de théâtre, essayiste, et artiste plasticien (il réalise des collages). Jacques Jouet participe, comme Hervé Le Tellier, à l’émission « Des Papous dans la tête » sur France Culture.
Il compose, depuis le premier avril 1992, un poème quotidien, 
Le Poème du jour.
Son roman-feuilleton 
La République de Mek Ouyes, compte près de deux mille épisodes à ce jour.
Ses livres sont publiés, principalement, aux éditions POL.
(voir : pol-editeur.com)

 

Peter Hauff gère depuis 2011 les ateliers d’écriture de www.oulipo-frankfurt.de, fondés lors d’une visite de Jacques Roubaud en Allemagne. Il a étudié la linguistique, était journaliste libre, dessinateur et bassoniste, et travaille actuellement dans un cabinet d’orthophoniste. En 2023, il a monté une soirée oulipienne trilingue dans la Romanfabrik Frankfurt, avec les invités Eduardo Berti et Jacques Jouet. Il est auteur de deux livres oulipiennes, et co-fondateur d’une série d’ateliers expérimentaux pour enseignants (GRASP). Avec Jacques Jouet, il a déjà modéré les Récréations sur Heinrich Heine (2022) et sur Oskar Pastior (2023).

 

Michèle Audin


Je suis née et je ne suis pas encore morte un peu moins court, j’ai 69 ans, je suis mathématicienne de formation, je m’intéresse à l’histoire et à la littérature et s’il faut des titres, j’ai été 27 ans professeur à l’université de Strasbourg et 14 ans membre de l’Oulipo et s’il faut des mots, disons géométrie symplectique.

Pablo Martín Sánchez

© Oriol Duran



Ex-athlète, ex-comédien, ex-chercheur, Pablo Martín Sánchez devient écrivain quand il découvre l’Oulipo. Lui offrant La Vie mode d’emploi, sa mère le pousse à abandonner ses études théâtrales et s’installer à Paris, où il assiste à l’une des réunions publiques du groupe à Jussieu. De retour en Espagne, il co-fonde la revue ludolinguistique Verbigràcia, parrainée par l’oplepien Màrius Serra, et commence à préparer une thèse doctorale intitulée L’Art de combiner des fragments : pratiques hypertextuelles dans la littérature oulipienne, qu’il finira quelques années plus tard à l’Université de Lille, sous la co-direction de Christelle Reggiani. Depuis, il a publié trois romans (L’Anarchiste qui s’appelait comme moi, Zulma / La Contre Allée, 2021 ; L’Instant décisif , La contre Allée, 2017 ; et Reus, 2066 : Journal d’un vieux cabochard, prochainement chez Zulma / La Contre Allée), ainsi que deux livres de nouvelles (Frictions, La Contre Allée, 2015, et Agatha, celui-ci en collaboration avec l’écrivaine Sara Mesa, non disponible en français) et il a traduit à l’espagnol une vingtaine de livres d’auteurs tels que Marcel Schwob, Wajdi Mouawad, Delphine de Vigan, Yannick Haenel, Violaine Bérot ou Hervé Le Tellier, entre autres. Il travaille depuis 2002 à un projet intitulé Le Projet (El Proyecto), inspiré des Lieux de Georges Perec, qui devrait finir en 2026. Il réside actuellement à Alcalá de Henares (Madrid, Espagne).